C’est souvent un parcours du combattant et il faut avoir les nerfs solides (un peu comme avec Pôle Emploi et consorts).

Quand j’ai commencé à en parler avec la conseillère pôle emploi qui « suit » mon dossier, j’avoue que j’ai eu le droit à une réponse qui m’a laisser plus que dubitative. En fait, elle considérait que cela n’était pas son problème et donc j’ai du me débrouiller seule et aller à la pêche aux infos. Heureusement que je suis quand même bien entourée et que j’ai la chance de connaître des entrepreneurs.

La seule et unique chose qu’a fait ma conseillère c’est de m’inscrire à un atelier sur la création et la reprise d’entreprise, et de me parler d’un salon sur le même thème que l’atelier (salon que j’avais déjà repéré en allant fouiner sur le site de Pôle Emploi (assez mal penser de surcroît)).

Je dois avouer que le salon (très mal indiqué sur le lieu où il se tenait) a été un des déclencheur de ma création d’activité. Cela faisait un moment déjà que je pensais à le faire sans vraiment mettre à exécution la chose.

Donc la création d’entreprise et le chômage c’est possible mais mieux vaut faire attention !

Petite explication en plusieurs points:

  • Quand vous créez votre activité faite le tour des statuts juridiques qui s’offre à vous.
  • Faites attention aussi aux aides auxquelles vous avez le droit (région, département, ville, pôle emploi, CCI…)
  • Tenez compte du fait aussi que vous avez le droit de rentrer dans une coopérative d’activité, ce n’est absolument pas incompatible et si vous avez encore des allocations chômage en cours elles ne vous seront pas supprimées.
  • Faites votre business plan aussi carré que possible. Certain(e)s s’en passe mais c’est toujours un plus. Vous pouvez demander à Pôle Emploi de vous diriger vers des organismes « agréer » par eux.
  • Petit conseil: ne pas rester dans son coin !

Pour expliquer quelques points je vais prendre un cas que je connais par coeur: le mien.

Depuis le 2 octobre 2012, je suis au chômage. Je vous l’accorde ceci n’est pas une nouveauté.

Comme je l’ai déjà dit, ma conseillère se fou un peu de ma création d’entreprise. En fait dans l’antenne Pôle Emploi dont je dépend, il y a deux types de conseillers-ères: ceux/celles qui s’occupent de vous aider dans vos démarche pour retrouver un CDI, un CDD, etc… et ceux/celles qui s’occupe des créateurs/créatrices d’entreprise (ou qui en reprenne une).

Dans mon cas, il faut que je fasse la demande de changement de conseillère. Normalement c’est un micro détail. Pour l’instant je ne l’ai pas encore fait.

Venons en au vif du sujet: la création de La Folle Agence. Oui c’est le nom « commercial » de mon auto entreprise. Ne me demandez pas pourquoi c’est le seul nom qui m’est apparu comme une évidence et parfois il ne vaut mieux pas aller chercher plus loin.

J’ai donc décidé de choisir le statut d’auto entrepreneur (je sent que le gouvernement actuel va vite me le faire regretter). Comme je ne voulais pas me lancer toute seule, j’ai donc choisit de faire partie d’une coopérative d’activité. J’ai rencontrer mon interlocutrice lors d’un salon Pôle Emploi au mois de février.

Pour faire partie d’une coopérative d’activité, il faut avoir un projet et que ce dernier soit facilement assurable. J’entends par « facilement assurable » que certains domaines d’activité nécessitant des garanties particulières, certaines assurances des coopératives sont plus réticentes à donner leur accord (par exemple le bâtiment). De plus, les assurances prennent en gros trois semaines pour donner leur accord.

Une coopérative d’activité vous permet de tester grandeur nature votre projet. Elle vous fournit son numéro de SIRET, son numéro de TVA ainsi qu’un logiciel pour les devis et la facturation. En ce qui concerne la partie comptable et juridique, la coopérative vous fait bénéficier d’une aide dans les deux cas. La coopérative organise aussi régulièrement des ateliers comme « savoir fixer son prix » ou encore sur la prospection clients.

A savoir: deux entreprenuers de la même coopérative se facture leur service en HT.

Pour celles et ceux qui créer leur entreprise mais hors coopérative d’activité et qui sont au chômage, il existe l’ACCRE. L’ACCRE concerne la manière dont vont vous être versées vos indemnités.

  1. 25% à la création, 25% 6 mois plus tard et 50% encore 6 mois plus tard (mais petite vérification à faire au niveau des 50% restant). Ceci est dans le cas où vous avez besoin d’une trésorerie de départ.
  2. Vous gardez vos indemnités mais elles vous sont versées forfaitairement. C’est-à-dire que votre CA ne doit pas dépasser 70% de votre ancien salaire brut si vous souahitez que vos indemnités vous soit versées en complément.

A savoir: vous pouvez aussi demander des aides auprès de votre conseil général, de votre conseil régional ainsi que de la CCI.

Sur ce bonne journée !

Laisser un commentaire