©Me

Dans mon article du 20 août, je vous faisais part de ma petite soirée d’anniversaire. J’ai passé une super soirée. Mais je ne vous ai pas parlé de l’envers de la soirée et c’est là que le bas blesse.

J’avais souhaité faire mon anniversaire à La Rhumerie. Ce restaurant-bar de plage est connu de bon nombre de Marseillais(es) et se trouve à l’Escale Borély. L’endroit est connu pour ses plages, le bout de verdure qui longe ces dernières et les bars tout à côté. Jusque là tout va bien, oui mais non.

J’appelle une première fois pour savoir si cela était possible de faire une soirée à plusieurs (pas loin d’une dizaine de personnes). On me répond que oui c’est tout à fait possible. Je rappelle le lendemain pour confirmer le nombre de personnes et voir ce que l’on peut me proposer, la personne prend mes coordonnées et me dit que l’un de ses collègues va m’envoyer un mail le soir même. Trois jours après, pas de mail. Je rappelle donc le restaurant et la même personne reprend donc mes coordonnées afin de me rappeler dans le weekend.

Je laisse passer mon weekend dans le Limousin et en rentrant sur Marseille le lundi toujours pas d’appel de la part du restaurant. J’y passe donc le lendemain et rencontre la personne que j’ai eu au téléphone. Et là stupeur, elle me répond que ses collègues lui ont perdu le papier sur lequel elle avait noté mes coordonnées (et ce pour la deuxième fois en une semaine). Bon soit.

Je vois avec elle directement ce que je souhaite et on tombe d’accord sur la mise en place d’un apéro dînatoire à 25€/personnes (hors boisson). Hors la veille de la soirée, elle me rappelle et me dit que finalement ce que l’on avait convenu n’était pas possible. Je me rabat donc sur le menu à 26€ avec apéro offert. Il se trouve que nous avions à nous déplacer entre l’apéro et le dîner. Certains de mes amis présents m’avaient dit venir pour juste prendre l’apéro et le dessert avec le reste de la troupe. Et nous avons eu énormément de mal à avoir ne serait ce que trois pauvres verres ainsi que trois parts de gâteau en plus.

De plus, il se trouve que l’une de mes amies est en fauteuil roulant. Bon d’accord des gens en fauteuil on en croise. Mais cela ne l’empêche en aucun cas de vivre (c’est avec elle que j’ai eu l’occasion de partir à Barcelone et de faire le trajet pour le limousin). J’avais bien précisé en préparant la chose que j’avais quelqu’un en fauteuil dans l’assemblée. Pas de souci me précise t’on.

En revanche, au vu du fait qu’il y avait eu un changement au niveau du menu, j’avais demandé de pouvoir souffler mes bougies les pieds dans l’eau. Encore une fois il n’y avait pas de soucis tant que l’on faisait cela avant minuit. Jusque là je reste zen.On arrive tant bien que mal à faire mon souhait mais il y a eu une erreur de la part du patron.

J’ai réussi à accéder à la plage sans soucis. Mais il se trouve que ma copine en fauteuil, elle a dû faire le tour de la plage privée du restaurant et le tout sur les fesses. Quand j’ai su cela, je suis aller voir le patron avec une amie présente pour lui faire part de mon incompréhension et lui demander pourquoi mon amie avait du faire le tour sur les fesses alors que la plage lui était accessible.

Et là c’est le drame ! Il n’a rien voulut savoir, n’a même pas voulu entendre le fait que c’était mon anniversaire, que ces serveurs m’avaient autorisée à le faire et que l’une de mes amies était en fauteuil. Il a eu le culot, de surcroît, de rétorquer que nous faisions « un caprice de gamines trop gâtées ».J’ai oublié d’écrire qu’il a fallu lors de l’apéro que j’aille quémander deux verres de jus de fruits car un de mes amis ne boit d’alcool.

Le patron a refusé de lui faire un jus de fruit lorsque nous le lui avons demandé. Il ne doit pas savoir que le refus de vente peut coûter cher et ne s’inquiète manifestement pas du fait que son restaurant est peu accessible en transport passé une certaine heure. Aurait-il voulu la mort de quelqu’un?

Donc malgré le fait que j’ai passé une très bonne soirée en compagnie de mes amis et que j’ai eu de super cadeaux, la Rhumerie je n’y retournerai pas de sitôt.

{EDIT} : le patron de la Rhumerie est également le patron du restaurant « Le Sud » au cours Julien

{EDIT}² : Un autre article ici

Laisser un commentaire