Dimanche shopping et cupcake !

Hier avait lieu de le vide dressing des bloggueuses lyonnaises chez Laureline’s Corner (4 rue Romarin 69001 Lyon). Un endroit sympa, girly et les cupcake sont juste trop bon. La gérante et ses accolytes sont justes adorables.

C’est donc dans une ambiance sympa, conviviale et girly que j’ai pu shoppée tranquillement une robe et un t-shirt.

Petit retour en images:

  • Les pièces que j’ai shoppées
T-Shirt Galerie Lafayette Collection 5€
Robe « See by School Rag » 10€
  • Les pièces vues
J’aurais bien craquer dessus surtout qu’il était à 10€.
Mais j’ai une tonne de manteau et je ne savais pas avec quoi mettre cette pièce.
Chemise Desigual
Sweat Shirt Yves Saint Laurent
  • L’endroit qui acceullais le vide dressing: Laureline’s Corner (tester et approuver plus que largement. L’endroit figure donc dans mes bonnes adresses lyonnaises :))
Tableau vue chez Laureline’s Corner
La carte de chez Laureline’s Corner
Petit coin détente !

Vue dans la rue

Street Art

Pour retrouver Laurelin’s Corner c’est par ici ou ici

Créer son entreprise quand on est au chômage (ou pas) !

C’est souvent un parcours du combattant et il faut avoir les nerfs solides (un peu comme avec Pôle Emploi et consorts).

Quand j’ai commencé à en parler avec la conseillère pôle emploi qui « suit » mon dossier, j’avoue que j’ai eu le droit à une réponse qui m’a laisser plus que dubitative. En fait, elle considérait que cela n’était pas son problème et donc j’ai du me débrouiller seule et aller à la pêche aux infos. Heureusement que je suis quand même bien entourée et que j’ai la chance de connaître des entrepreneurs.

La seule et unique chose qu’a fait ma conseillère c’est de m’inscrire à un atelier sur la création et la reprise d’entreprise, et de me parler d’un salon sur le même thème que l’atelier (salon que j’avais déjà repéré en allant fouiner sur le site de Pôle Emploi (assez mal penser de surcroît)).

Je dois avouer que le salon (très mal indiqué sur le lieu où il se tenait) a été un des déclencheur de ma création d’activité. Cela faisait un moment déjà que je pensais à le faire sans vraiment mettre à exécution la chose.

Donc la création d’entreprise et le chômage c’est possible mais mieux vaut faire attention !

Petite explication en plusieurs points:

  • Quand vous créez votre activité faite le tour des statuts juridiques qui s’offre à vous.
  • Faites attention aussi aux aides auxquelles vous avez le droit (région, département, ville, pôle emploi, CCI…)
  • Tenez compte du fait aussi que vous avez le droit de rentrer dans une coopérative d’activité, ce n’est absolument pas incompatible et si vous avez encore des allocations chômage en cours elles ne vous seront pas supprimées.
  • Faites votre business plan aussi carré que possible. Certain(e)s s’en passe mais c’est toujours un plus. Vous pouvez demander à Pôle Emploi de vous diriger vers des organismes « agréer » par eux.
  • Petit conseil: ne pas rester dans son coin !

Pour expliquer quelques points je vais prendre un cas que je connais par coeur: le mien.

Depuis le 2 octobre 2012, je suis au chômage. Je vous l’accorde ceci n’est pas une nouveauté.

Comme je l’ai déjà dit, ma conseillère se fou un peu de ma création d’entreprise. En fait dans l’antenne Pôle Emploi dont je dépend, il y a deux types de conseillers-ères: ceux/celles qui s’occupent de vous aider dans vos démarche pour retrouver un CDI, un CDD, etc… et ceux/celles qui s’occupe des créateurs/créatrices d’entreprise (ou qui en reprenne une).

Dans mon cas, il faut que je fasse la demande de changement de conseillère. Normalement c’est un micro détail. Pour l’instant je ne l’ai pas encore fait.

Venons en au vif du sujet: la création de La Folle Agence. Oui c’est le nom « commercial » de mon auto entreprise. Ne me demandez pas pourquoi c’est le seul nom qui m’est apparu comme une évidence et parfois il ne vaut mieux pas aller chercher plus loin.

J’ai donc décidé de choisir le statut d’auto entrepreneur (je sent que le gouvernement actuel va vite me le faire regretter). Comme je ne voulais pas me lancer toute seule, j’ai donc choisit de faire partie d’une coopérative d’activité. J’ai rencontrer mon interlocutrice lors d’un salon Pôle Emploi au mois de février.

Pour faire partie d’une coopérative d’activité, il faut avoir un projet et que ce dernier soit facilement assurable. J’entends par « facilement assurable » que certains domaines d’activité nécessitant des garanties particulières, certaines assurances des coopératives sont plus réticentes à donner leur accord (par exemple le bâtiment). De plus, les assurances prennent en gros trois semaines pour donner leur accord.

Une coopérative d’activité vous permet de tester grandeur nature votre projet. Elle vous fournit son numéro de SIRET, son numéro de TVA ainsi qu’un logiciel pour les devis et la facturation. En ce qui concerne la partie comptable et juridique, la coopérative vous fait bénéficier d’une aide dans les deux cas. La coopérative organise aussi régulièrement des ateliers comme « savoir fixer son prix » ou encore sur la prospection clients.

A savoir: deux entreprenuers de la même coopérative se facture leur service en HT.

Pour celles et ceux qui créer leur entreprise mais hors coopérative d’activité et qui sont au chômage, il existe l’ACCRE. L’ACCRE concerne la manière dont vont vous être versées vos indemnités.

  1. 25% à la création, 25% 6 mois plus tard et 50% encore 6 mois plus tard (mais petite vérification à faire au niveau des 50% restant). Ceci est dans le cas où vous avez besoin d’une trésorerie de départ.
  2. Vous gardez vos indemnités mais elles vous sont versées forfaitairement. C’est-à-dire que votre CA ne doit pas dépasser 70% de votre ancien salaire brut si vous souahitez que vos indemnités vous soit versées en complément.

A savoir: vous pouvez aussi demander des aides auprès de votre conseil général, de votre conseil régional ainsi que de la CCI.

Sur ce bonne journée !

Le Marché de la Mode Vintage à Lyon !

En faisant un tour avec Crystila lors de notre weekend modesque, nous avions fait un tour dans des boutiques vintage à Lyon. 
En nous arrêtant dans l’une d’entre elles, Carrie Bradshop (ou ici), le gérant nous avais parler du Marché de la Mode Vintage. J’ai donc profiter d’une belle journée ensoleillé pour aller y faire un petit tour.  Ce marché se tient sur deux jours et à la Halle Tony Garnier. 
Voici donc mon retour sur cette journée:
  • Niveau fringues: rien de bien transcendant et parfois très chères pour ce que c’était
  • Niveau déco: quelques pièces sympa mais souvent bien trop chères pour mon budget
  • Niveau accessoires: j’ai réussi à trouver quelques pièces en fouillant un peu sur les stand.

Sincèrement cela vaut le détour malgrè mon avis un peu tranché sur la question. L’ambiance est hyper sympa. J’y ai croiser des gens habillés totalement vintage et c’est agréable à voir.

Petit tour en images des pièces shopées lors de ce Marché:
Pendentif Mister Jack
Bracelet Ceinture
Paires de boucles d’oreilles

Bref une belle journée !

Weekend modesque et Street Style

Le weekend du 23 mars ma copine Crystila (du blog Misses Lambda) est venue pour 3 jours de shopping…. Autant vous dire que deux blondes ne passant pas inaperçues ça fait carnage dans les rayons des magasins.
Voici un petit bilan du chauffage de carte bleue de ce weekend 🙂
  • Jupe Culotte IKKS – 19,99 € (Mistrigiff)
  • Chemise Bleue Le Temps Des Cerises – 29,99 € (Mistigriff)
  • Tong – 29,99 € (Mistigriff)
  • Ballerine 24,90 € (Mistigriff)
  • Combi-Short DCShoes – 29,99 € (Mistigriff)
  • Pantalon Blanc BCBG MAXARZRIA– 12,49 € (Mistrigriff) *
  • Pull blanc tête de mort – 29,95 (Camaieu)
  • Lunette – 8,95 €(Camaieu)
  • T Shirt – 9,95€ (Camaieu)
  • 2 Foulards – 12,95 € chacun (Camaieu)
  • Converses – 29€ (Tilt Vintage)
  • Chaussure Bensimon – 27 € (Autour du Monde)
  • Chaussure Bensimon Liberty – 45 € (Autour du Monde)
  • Jean – 5 € (friperie)
  • Broche – 15 € (Carry Bradshop)

*Pantalon d’une valeur de 203 €, vendu 24,99 € et acheté 12,49€ après une remise de 50% chez Mistigriff Saxe

Bref un vrai bonheur !

Et voici deux petits look:

  • Jupe Culotte IKKS – 19,99 € (Mistrigiff)
  • T Shirt – 9,95€ (Camaieu)
  • Foulard – 12,95 € (Camaieu)
  • Veste Agnès B (cadeau de ma maman)
  • Converses – 29€ (Tilt Vintage)
    • Total: 71,89 € 

  • Chaussure Bensimon – 27 € (Autour du Monde)
  • Cape Camel – 29 €
  • Jean – 5 € (friperie)
  • Cheche 12,95 € (chez Camaieu)
  • Sac Longchamp – Cadeau de ma maman
  • Pull blanc tête de mort – 29,95 € (Camaieu)
  • Tshirt blanc Somewhere – 20 €
  • Lunette – 8,95 €(Camaieu)
    • Total = 132,85 €
Pour les adresses direction la page dédiée et merci Crystila et Mr Chéri pour les photos !

La Combi DC Shoes

Pantalon Blanc BCBG MAXARZRIA

Tong La Scarpa

Ballerine Gérard Pasquier

Les converses (Tilt Vintage)

Mes deux paires de Bensimon

Pole Emploi et moi round #6

Il y a bien longtemps que je n’avais pas parlé de Pôle Emploi. J’avoue que depuis mon dernier article sur mon ami Pôle Emploi, il s’est passé bien des choses.

Il se trouve que pour mes paiements d’indemnités, j’ai eu le droit à 47 jours de carences (non vous ne rêvez pas). Je m’explique sur les 47 jours de carences : Pôle Emploi s’octroie 7 jours de carence avant d’enclencher les paiements et encore cela fonctionne s’ils ne vous demandent pas des papiers soit disant manquant dans votre dossier. Et les 40 jours restants correspondaient aux congés payés que je n’avais pas pris quand j’étais encore salariée.

J’avoue que je n’avais quasiment pas pris de congés car je prévoyais de partir en Afrique du Sud et que dans mon ancienne entreprise quand on posait un jour de congés le vendredi, on nous en décomptait deux donc j’avais prévu large.

J’ai eu mon premier entretien avec mon ami Pôle Emploi le 26 octobre 2012 et j’avais reçu mon dossier 3 jours plus tard parce que soit disant il manquait mon certificat de travail. Dossier que j’avais renvoyé tel quel puisque ce papier était dans le dossier. Quelques jours plus tard je recevais par mail un papier me faisant part que j’étais indemnisable à partir du 17 novembre 2012.

Or au 3 décembre, toujours pas de trace d’indemnisation de la part de Pôle Emploie. J’appelle leur numéro court et là on me dit que mon dossier est bloqué parce qu’il manque un papier. Et là j’explique que ce n’est pas possible, que le papier ne peut pas manquer puisque mon dossier a été envoyé début novembre et qu’il a été validé.

La seule chose qu’elle pouvait faire c’était envoyé un mail au service concerné et que ce dernier me contacterait. Deux jours plus tard, toujours rien. Je rappelle donc le 3949 et là je tombe sur une personne qui me tient le même discours, à savoir que mon dossier est bloqué et qu’à part envoyer un mail, elle ne peut rien faire.

Sauf que là je change totalement de discours en lui disant que si ces collègues ne se bougeaient pas le cul rapidement, je rappellerai et que là je serais beaucoup moins polie que mes deux derniers appels. Sur ce dernier appel, je pars en Afrique du Sud en ayant toujours pas de trace de mon paiement du mois de novembre..

Durant mon voyage, j’ai eu la chance d’avoir accès au net et il se trouve que reçu de leur part un courrier me disant que mon dossier était accepté et me récapitulait mes indemnisations et à partir de quand je pourrais les touchées.Or dans le même temps, je recevais un courrier papier me demandant mon bulletin de salaire du mois de mars 2012 (allez savoir pourquoi). Il a donc fallu que Mr Chéri s’en occupe pour moi.

Morale de l’histoire :  mon paiement pour mes 15 jours de novembre a été fait le 24 décembre. Comme quoi quand on râle un peu, on finit par obtenir ce que l’on veut. Mais il ne faut surtout pas être pressé(e) avec eux.

J’ai eu également un entretien avec ma conseillère Pôle Emploi le 28 janvier 2013. Et là ce fût le drame le plus complet. J’ai eu le droit à un discours des plus négatifs de la part de cette dernière. Dans le genre, « votre CV il est nul car vous n’avez pas eu de retour ». J’avoue que j’en suis restée dubitative dans la mesure où j’ai quand même été contactée par de potentiels recruteurs. Oui mais 3 entretiens, soit par téléphone soit par un réseau social professionnel, correspondent chez Pôle Emploi à rien ! (oui oui rien que dalle).

Elle regarde donc de nouveau mon CV et là elle me dit qu’il ne faut surtout pas qu’il ressemble à ce quoi il est aujourd’hui. Et que de toute façon je pourrais le montrer à 20 personnes, j’aurais autant de réponses différentes. Bref selon elle c’est de la merde et il faudrait que j’assiste à un atelier pour faire mon CV et un atelier pour mes recherches de boulot. Oui mais non, surtout non.

Le pire est arrivé quand j’ai osé lui parler de création d’entreprise. Là ce fût la débandade la plus complète de sa part. Selon elle ce n’est pas dans ces compétences et il faut que j’appelle le 3949. Il faudra donc que je fasse son boulot afin de savoir comment créer mon statut de freelance (enfin d’autoentrepreneur) sans que cela ait un impact quelconque sur mes indemnités et je sais que cela ne va franchement pas être évident ni une partie de plaisir. Parce que les connaissant je sens qu’ils vont encore pas comprendre la moitié des choses correctement.

Début mars j’ai osé poser la question suivante au 3949: « comment faire ma déclaration mensuelle en étant créatrice d’entreprise dans une coopérative d’activité ». Une question, trois réponses.

  • Première réponse du 3949: « vous déclarez 79h et votre CA brut. Il faut nous envoyez également une attestation sur l’honneur chaque mois. » Bref la nana n’avait pas compris la question !
  • Deuxième réponse de ma conseillère pôle emploi: « vous devez faire une demande d’ACCRE ». Dans le genre ça me fait chier de te répondre, je te réponds à côté tant qu’à faire c’est mieux pour te faire perdre du temps.
  • Troisième réponse d’une conseillère pôle emploi chargée des créateurs d’entreprise: « Dans le cadre d’un contrat CAPE, c’est la coopérative qui « conserve » les CA réalisés par vos soins, vous n’avez donc rien à déclarer dans le cadre de l’actualisation. Mais vous devez nous transmettre la copie de votre contrat. » Elle par contre je l’ai bénie. Pour une fois qu’on ne me répond pas de travers, c’est le bonheur.

Du coup j’ai fini par créer « mon entreprise » et j’ai fait ma déclaration en ne le mentionnant pas. Après les réponses auxquelles j’ai eu le droit, ils s’étonnent encore chez Pôle Emploi, que l’on finisse par s’énerver et par limite les insulter.

Bref Pôle Emploi et moi, nous ne sommes toujours pas amis.

LiberTrip ou la planification 2.0 de votre voyage

A chaque thématique ou presque son réseau social et/ou sa communauté. En terme de voyage, il en existe déjà pas mal. Je passerai les réseaux sociaux connus de tous et je passerai également les sites des grands guides sur lesquels on va tous ou presque ainsi que les sites internet de voyagistes ou autres sites de recherches de vols…

J’avais découvert il y a quelques années de cela une communauté autour du voyage, BeNoot. Mais cette communauté n’est pas le propos de mon article aujourd’hui.

En fait, en surfant sur Twitter, j’ai découvert que l’un de mes follower bossait pour un site internet permettant de planifier son voyage assez simplement, de le partager avec une communauté de voyageurs et aussi sa propre communauté.

Le site en question est Libertrip. Le site a été créer par des passionnés de voyages et de web. Vous avez la possibilité de créer votre profil soit avec votre compte Facebook soit avec votre adresse mail et un mot de passe.

Que vous cherchiez la destination de vos prochaines vacances ou que vous souhaitiez partager votre dernier séjour, LiberTrip a été conçu pour vous. Vous pouvez également recueillir des avis ou partager vos pérégrinations avec une interface intuitive et bien conçue.

Comment fonctionne le site? Créer vous un profil, entrer vos dates de séjour et suivez le guide pour la création de votre séjour. Rien de plus simple que cela. Vous pouvez indiquer également vos moyens de transports ainsi que les villes visitées. Lors de la création de votre voyage, des suggestions de pays, de villes… vous sont proposées.

Vous pouvez également mettre vos photos avec des commentaires. Cela permettra à tous de savoir où cela se situe et donc d’avoir une meilleure visualisation de votre voyage.

Une fois tout cela terminé, partagez-le avec vos amis via les options de partage (Facebook, Twitter…) et une url personnalisée.

Les plus:

  • Planifier son voyage est simple et intuitif.
  • Connexion soit avec son compte facebook soit avec son adresse mail
  • Pouvoir montrer le(s) moyen(s) de transport utilisé(s)
  • Insertion des photos
  • Design interactif et très bien pensé
  • Enrichir votre expérience du voyage
  • Mise en forme en Timeline

Les moins

  • On ne peut ajouter les photos qu’une par une
  • Le fait que le site soit majoritairement en anglais, c’est un plus pour les anglophones pour ceux qui ne le sont pas ou très peu cela peut devenir vite rédhibitoire.

En ce qui me concerne moi je trouve le concept plutôt sympa et assez intuitif, bien que sur certains il a fallu que je cherche car tout n’est pas expliqué.

Et comme dis souvent, un exemple vaut bien mieux que toutes les explications possible, je vous met le lien vers mon voyage en Afrique du Sud (http://www.libertrip.com/en/embed/justine-remaudiere/south-africa–2).

Je suis aux abonnées absentes !

Depuis mon retour d’Afrique du Sud, je n’ai guère posté par ici. J’avoue qu’il s’est passé pas mal de choses depuis ces vacances au soleil (Noël, Nouvel An, Weekend au ski…)
Mais surtout depuis quelques temps je suis concentrée sur la création de mon entreprise. Oui vous lisez bien ! Le 4 mars je suis allée voir la coopérative d’activité Talent 9 pour leur présenter cette petite entreprise qui j’espère ne connaîtra pas la crise.
J’ai choisit le statut d’auto-entrepreneur et puis ne voulant pas faire cela toute seule je suis allée voir une coopérative d’activité. Cette coopérative me permet de bénéficier d’une aide juridique, administrative et comptable. Mais cela me permet également d’avoir accès à un réseau et à des formations.
De plus, il faut savoir que quand un entrepreneur rejoint une coopérative d’activité, il s’offre à lui/elle trois possibilités soit devenir entrepreneur salarié, soit être auto-entrepreneur à son compte soit être salarié dans une entreprise (si vous vous êtes fait embauché(e) par un client). Pour devenir salarié auto-entrepreneur, il faut avoir un mois de trésorerie d’avance et donc un mois de salaire d’avance aussi.
Je me lance donc en tant que Community Manager Freelance. Je propose également d’être rédactrice web. C’est vrai que je créer une activtié autour d’un métier qui est excercé par beaucoup et qui fait « rêver » pas mal de jeunes diplômé(e)s mais disons que ce métier est plus qu’un métier alimentaire, c’est une passion. La communication en règle générale est une passion.
Il reste quand même quelques démarches administrative à faire. Au moment où j’écris l’article je suis dans l’attente de la réponse de l’assurance. Oui parce qu’il me faut une assurance civile professionnelle pour pouvoir exercer mon métier, bien que je commence à faire de la prospection et des devis.
Je dois reconnaître que la création d’entreprise quand on est au chômage et que l’on à une conseillère qui s’en contre fou royalement ce n’est pas tous les jours faciles. Oui lors de mon dernier rendez vous j’avais émis l’hypothèse de créer une entreprise et elle m’avait répondu texto « ce n’est pas mon problème, je ne gère pas les créateurs d’entreprise ». Très sincèrement quand on s’entend dire cela, cela ne donne franchement pas envie de créer ou de reprendre une entreprise.
Pour celles et ceux que cela intéressent, la page Facebook de l’agence est ici et le compte Twitter est ici
Bonne journée !

Deux jours….

Partir en fin de matinée…
Profiter du soleil, du vent et d’un peu de neige…
Rouler les vitres ouvertes et la musique à fond…
Se dire que l’on va se faire plaisir pendant deux jours…
Profiter d’un cadeau fait par sa famille pour Noël…
En apprendre un peu plus sur sa passion…
Prendre le large pendant deux jours…
Se retrouver au milieu de la pampa, seule sans lui…
Apprendre à manier un appareil photo de pro…
Se retrouver avec pour professeur un photographe pro..
Apprendre ou réapprendre les bases de la photo….
Apprendre ou réapprendre les bases de logiciel comme Photoshop…
Je suis donc partie deux jours pas très loin de Manosque et de Sisteron pour (ré)apprendre la photographie. Merci à Alain Le Breton d’avoir pris le temps de m’apprendre et à ma famille maternelle de m’avoir offert ce stage 🙂

Street Style #3

Bon j’avais dit que je n’irais pas faire les soldes vu que mon compte en banque frôle la crise d’asphyxie. Mais comme dirais l’autre « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ».

Alors voilà l’ampleur des dégâts 🙂

 

 

 

  • Manteau: 68€ (Mandragore)
  • T-Shirt: 15€ (en solde chez Zara)
  • Echarpe: 30€ (Somewhere)
  • Bague: cadeau

 

Et je passe sur les sous vêtements, non parce que je veux bien vous montrer certaines choses mais il ne faut pas pousser non plus ! 🙂

Tenue de road trip

Pendant les 15 jours de mon road trip, mes tenus ont été des plus simple. Des tenues qui m’ont permis de pouvoir faire mon road trip sans avoir trop chaud (quoique parfois la clime de la voiture était la bienvenue) et d’être bien dans mes baskets afin de profiter au mieux de mon voyage.
La tenue ci dessous fût l’une de mes préférées. Un sarouel acheté en Afrique du Sud (en coton et super agréable à porter), un débardeur acheté dans une vente privée, un sac acheté en Afrique du Sud (qui m’a  suivit partout lors de mon périple), des baskets qui je dois avouer ont été des plus nécessaire (sans compter les tongs qui ont été un bon relais pour visiter les villes sans avoir chaud aux pieds). Quant à mes bijoux tous ont été achetés sur place et je dois dire qu’ils ne me quittent plus ou presque (j’ai perdu la bague dans la neige).
Devant une auberge de jeunesse

  • Sarouel: 15€ (acheter en Afrique du Sud)
  • Débardeur: 30 € (DDP chez ventes priveés)
  • Sac: 12 € (acheter en Afrique du Sud)
  • Bracelet: 4.5 € (acheter en Afrique du Sud)
  • Bague: 7.5 € (acheter en Afrique du Sud)
  • Baskets: 39 € (Décathlon)

Total: 108 €