La thé box

Aujourd’hui les box en tous genres fleurissent: beauté, nourriture, lyfestyle, bijoux… Parmi toutes ces boxes, celles qui concernent le thé ne sont pas en restent.

Autant je vous ait parlé de celles de Joliebox et de My Little Box, autant celle sur le thé je ne vous en ai absolument pas parler. J’en avait reçu une première en septembre puis mon déménagement tombant en plein milieu de la réception de la deuxième, je n’ai pu aller la chercher.

J’ai reçu ce matin donc celle de novembre. Je dois avouer que j’avais été agréablement surprise par celle de septembre et celle de novembre est aussi une agréable surprise. De plus il a fallu que je me désabonne pour pouvoir changer mon adresse postale et mes cordonnées bancaires chose que je trouve bien dommage.

Les thés box en images:

Ma thé box n°1
Ma thé box n°2

Le Petit Marseillais et moi

Comme pour mon corps, je fais attention à ce que j’applique sur mes cheveux (merci l’exéma). Alors quand j’ai vu que Le Petit Marseillais proposait de devenir ambassadrice pour la marque, je me suis dit pourquoi pas. 
La campagne à laquelle je participais concernais un shampoing pour cheveux normaux mais extra doux. Hors je ne fais pas dans le normal: mes cheveux regraissant vite et mon cuir chevelu me grattant souvent, c’est le genre de shampoing que j’évite en temps normal. 
La campagne se déroule de la manière suivante: on s’iscrit sur le site, on se créer un espace perso et fouine un peu. En règle générale, les propositions pour devenir ambassadeur/ambassadrice sont visible sur le site. Une fois inscrit(e), on dit quel est le parfum que l’on prefere et pourquoi on est le/la meilleur(e) pour cela. Ensuite on attend que la marque nous envoie un mail. Une fois le mail reçu, on attend notre joli paquet et le test peut commencer.
Pourquoi ce test alors? Tout simplement parce que j’avais envie de voir ce que donnait un tel type de produit sur mes cheveux. Et puis parce que Le Petit Marseillais est une marque qui fait attention à ce qui est mit dans ses produits (tout du moins j’ose l’espérer). Et puis le shampoing est en grand format donc pratique quand on fait souvent des shampoing.

Les plus: son format (500 ml), son odeur (miel), sa bouteille (souple et facile à prendre en main), la facilité de coiffage après le shampoing, son côté extra doux, le fait que mon cuir chevelu ne me gratte pas.
Les bémols: sincèrement je n’en voit pas

Mes 30 ans en cadeaux

J’ai fêté mes 30 ans au mois d’août. J’avais bien commençé l’article mais je l’avais laissé en mode brouillon et pas retouché depuis…

Et j’ai donc fêté ça sans me mettre une mine pour ne pas voir que je changeait de dizaine. En même temps il faisait tellement chaud que l’alcool n’était pas forcément de mise ce jour là et au final c’est mieux ainsi.

Je ne remercierait jamais assez cette bande de potes qui est là quoi qu’il arrive, qui se sont déplacés jusque dans ma campagne natale et qui ont fêtés ça dignement et sobrement avec moi. Je ne remercierait jamais Mr Chéri d’avoir fait les repas aidé par mes amis 🙂
Ce weekend là restera dans ma mémoire parce qu’il a été riche en tout (émotions, rires, joies….).

Alors voici mes 30 ans en cadeaux:
Les jolis cadeaux de mon Papa: le prêt de la maison de ma grand mère et une belle bouteille de vin
Mon papa et ma belle-mère m’ont également offert le billet d’avion pour l’Afrique du Sud. 

Un guide pour l’Afrique du Sud
J’ai adoré le « c’est pas glamour mais c’est utile » de ma cousine

(crédit photo: Pylones)
Une suspension Pylones
(merci Mr Chéri que j’ai tanné pendant des mois pour les avoir dans ma collection Magnolia de la marque)

Un chèche dans les dégradés de bleu et qui ne me quitte plus (ou presque)
Certains de mes amis n’avait pu être là pour le weekend alors on s’est calé un apéro et j’ai eu un très beau cadeau:
Apéro entre amis

Mon joli sac Téo Jasmin (le casque de Raymond est rose et non rouge)

Petit bonus photographique de ce weekend en pleine verdure 
Le hamac – franchement une bonne idée

Le noyer centenaire de chez la grand mère
Cet arbre aussi gigantesque soit il est tout simplement MON Séquoia
La pelouse en terrasse revisitée par le soins de mes copains

PS: certaines photos arriveront un peu plus tard…

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #6

Addo Elephant Parc – dernière étape de mon road trip

Addo est un « village » si je puis dire. En fait, c’est plutôt un amas de trois maison et une station essence qui fait aussi office d’épicerie, de banque, de pharmacie… Bref Addo est ce que l’on appelle plus communément un trou perdu. La vraie attraction des alentours est l’Elephant Parc. La route entre le trou perdu qu’est Addo et le parc n’est fait que de guest house et d’auberges de jeunesse….
L’Elephant Parc est en fait une réserve naturelle dédiée à la protection d’une espèce fut menacée jusque dans les années 30: l’éléphant. L’éléphant parc abrite aujourd’hui pres de 450 éléphants, pas loin de 2000 koudous, 400 buffles, 250 zèbres, des rhinocéros, des phacochères, des lions, des léopards, des autruches, des tortues… Les seuls animaux que je n’ai pas vu sont les lions, les léopards et les rhinocéros.
Le jour où j’ai fait le parc, il a fallu un moment avant de pouvoir trouver des éléphants. En fait la veille il avait plu des trombes d’eau et du coup ils se sont planqués dans la nouvelle partie du parc.

Les tortues étaient de sorties

Les zèbres ont décidés de poser

J’ai retrouvé le phaco(mo)chère…

…et sa famille

Une femelle koudou (famille des antilopes)

Un singe posé tranquille en haut de sa branche

Contrairement à ce que l’on pourrait croire cette autruche est un mâle

Ceci sont des femelles autruches
Le buffle qui ose tirer la langue

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #5

Knysna –  Troisième étape de mon road trip

Knysna se trouve à environ une heure trente de voiture Mossel Bay, cela fait partie du plus petit temps que j’ai mis en voiture entre deux villes. C’est une petite ville dans un lagon, qui est comme toute les petites villes voit sa vie quotidienne se située au tour d’une rue principale. On y trouve donc un marché d’artisanat, un mall (ou centre commercial), des restaurants et des bars…
Comme tout le long de mon road trip – hormis à Cap Town – j’ai logée dans une auberge de jeunesse. Elle se trouvait un peu à l’écart de la rue principale, elle avait une jolie vue et on y est très bien accueillis. La Knysna Backapackers est située dans une maison victorienne mais c’est une toute petite maison victorienne. Compter 130 rand la nuit (soit 13€ la nuit) en dortoir. J’avoue c’est spartiate et cheap mais cela dépanne bien et on peut y faire de jolies rencontres comme le 1er soir où j’y étais, j’ai rencontrer Jessica, une fille qui a vécu aux Etats Unis et qui maintenant vis en Afrique du Sud et qui de surcroit parlait très bien francais.
Sur l’étape du retour entre Addo (prochaine chronique) et Knysna, j’ai fait également un stop plage à Wilderness en revenant. Wilderness est une ville possédant un parc naturel et une plage assez sympa puisqu’immense mais qui est assez dangeureuse. Ce qui est assez dommage c’est que la N2, une des nationales les plus importantes de l’Afrique du Sud, coupe la ville en deux.
Bref revenons à Knysna. L’auberge de jeunesse où j’étais étais une maison victorienne, située à 2 minutes à pieds du centre ville. J’ai également eu l’occasion d’aller manger des huitres sur Thesen Island. L’ile est située dans le lagon marécageux qui fait face à la ville.

Petit tour en photos:

La vue de l’auberge de jeunesse

La vue de l’auberge de jeunesse
L’auberge de jeunesse
L’assiette d’huitres et le verre de blanc (à consommer avec modération) avec vue sur le lagon

 Les photos suivantes sont la vue du lagon:

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #4

Mossel Bay – deuxième étape

Mossel Bay n’a franchement rien d’exceptonnel. C’est le genre de grosse station balnèaire, sans charme et qui sert plus de résidence secondaire pour certains Sud Africains ainsi que de lieux de passage pour les gens qui font la Garden Route qu’autre chose. Bref ce n’est pas la ville dont je garderais le meilleur souvenir

Moi cela m’a servi de pause plage durant mon road trip. Il faut dire que j’étais loger dans une auberge de jeunesse à même pas 10 mètre de la plage.

La vue depuis la terasse du resto
La plage de Wilderness

L’auberge de jeunesse à Mossel Bay – Ceci est bien un train mais hors rail

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #3

Hermanus – Première étape de la Garden Road

Hermanus est une ville côtière qui se situe à environ heures de route de Cap Town. Elle est connue pour l’un des lieux, si ce n’est LE lieux, où voir des baleines. J’y restée deux jours et malheureusement je n’en ai vu aucune.

Hormis les baleines qui sont l’attraction de la ville, il se trouve que c’est une très jolie ville, proche de la mer et avec pleins de belles maisons. La ballade le long de la côte est très sympa ainsi que le petit marché situé en centre ville (il y en a à peu près dans toutes les villes et on y trouve aussi bien de l’art sud africain que des fringues…).

Question logement: j’ai logé dans l’auberge de jeunesse « Hermanus Backpackers ». Elle se trouve à 10 minutes à pied du centre ville, j’ai eu la chance d’avoir une des chambres avec vue sur la baie d’Hermanus, les propriétaires de l’auberge sont absolument adorables, le petit déjeuner est compris dans le prix de la chambre. Pour ceux qui cherchent ce genre de logement et non des hôtels je la recommande sans hésitation. Après il existe des hôtels qui m’ont l’air franchement plus explicatives.

Comme dirait l’autre, les photos seront plus explicatives 🙂

 

Vue de la chambre à l’auberge de jeunesse
Je veux bien la même 🙂

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #2

Cap Town et ses alentours

Il se trouve que j’ai atterris à Cap Town et ce n’est absolument pas un hasard. En fait, les parents d’amis d’enfance habite la ville. J’ai donc passé quelques jours avec eux et avec pour point de chute une chambre dans leur maison près du Kirstenboch Botanical Garden. Je suis arrivée là bas le 6 décembre après quelque sheures de voyages.

Commençons par Cap Town et ses alentours, et il y a de quoi faire. Du coup, j’ai eu du mal à faire le tri dans les photos que j’ai pu faire.

  • Le jeudi (jour de mon arrivée, nous sommes allés faire un tout de la ville et je dois dire qu’elle est assez impressionnante, un peu comme une grande ville américaine.
  • Le samedi, nous sommes allés au Christmas Market de l’école Française du Cap, après je suis allée à Green Market avec deux jeunes français qui vivent au Cap. Le soir nous sommes allés dîner chez un couple d’amis des amis qui m’hébergeaient. Ils habitent Outbay et je dois dire que leur maison à une super vue sur la baie.
  • Le dimanche nous sommes allés faire un picnic dans le vignoble de Vergelegen. L’endroit accueille des picnic, des mariages et autres genres d’évènements. J’avoue que j’ai beaucoup aimé cet endroit.

Petit tour en photos

Cap Town vue du Rhodes Memorial
Devant Cap Town au Rhodes Memorial
La fameuse Table Mountain
La Table Moutain couverte de nuages
 
Le vignoble de Vergelegen
Des canfriers
Un endroit hyper sympa pour un picnic
 
Un samedi soir à Outbay
Un samedi soir à Outbay
Un samedi soir à Outbay
 

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #1

Un pays, une histoire, une envie

Un pays: L’Afrique du sud

Un pays que l’on ne présente plus ou presque tant son histoire est riche en évènements dont certains ont été relayés par les médias. L’Afrique ce pays du bout du monde ou presque est connu aussi pour son Cap de Bonne Espérance et ses deux prix nobels de la paix, Nelson Mandela et l’archevêque Desmond Tutu.

Ce pays c’est une histoire de colonnisation, de ségrégation, d’apartheid et encore aujourd’hui d’une cohabitation fragile et parfois explosive entre population blanche et population noire.

Une histoire: celle de l’Afrique du Sud et moi

L’Afrique du Sud et moi c’est un peu comme une histoire d’amour inexplicable… C’est un pays que je ne connaissais pas mais qui me faisais rêver. Et pourtant on ne m’en à pas dit que du bien. On m’a même prise pour une dingue quand je disais que je visiterai ce pays seule.

L’Afrique du Sud est dans quelques villes dangereuse.Il ne vaut mieux pas sortir seule après certaines heures. Par exemple à Cap Town et dans ses environs il n’est pas conseiller de sortir seul(e) le soir, surtout quand on est femme seule. Cela ne m’a pas empêcher de m’amuser et de profiter à fond de ces 15 jours au soleil.

Une envie: celle de découvrir ce pays

J’ai eu l’occasion de revoir des gens que je n’avais pas vu depuis des lustres. De faire de belles et chaleureuses rencontres. De découvrir de magnifiques endroits. Et de faire de magnifiques photos.
J’ai apréhendée de faire ce voayge seule car je partais vers l’inconnu mais au final je reviens de ce voyage heureuse de ce que j’y ai vu, de ces gens que j’ai rencontrer…. Bref c’est un pays où j’ai envie de retourner malgré le fait que bien sur il faut toujours sur ces gardes !

La suite au prochain épisode et en photos…

Pour en savoir un peu plus sur l’Afrique du sud, c’est par ici

Pôle Emploi et moi round #5

La blague du lundi matin qui ne fait pas plaisir et qui te gâche ta semaine.

Il y a un mois je recevais mon dossier Pôle Emploi par courrier parce qu’il manquait une pièce: l’attestation employeur et l’originale tant qu’à faire. Or j’avais renvoyé mon dossier complet avec la soit disant pièce manquante et mon certificat de travail en prime.

Et puis j’avais reçu un mail avec le détail de mes allocations chômages et qui me disait que normalement autour du 20 novembre je devais recevoir ces fameuses allocations. Sauf que Mr Chéri m’avait dit fait attention, ils ne vont te les versées qu’en fin de mois. Why not !

La fin du mois de novembre arrive et la période de 47 jours de carences finie (40 jours de congés payés + les 7 jours de carence de Pôle Emploi), je n’ai toujours rien. Comme c’était le weekend, j’ai attendue ce matin pour les appeler et leur demander où en étais mon dossier d’allocations chômages. Je tombe sur une jeune femme charmante, qui cherche mon dossier et me demande si j’ai bien fournie l’attestation employeur. Bien sur que je l’ai fournie, j’ai même fournit mon certificat de travail.

Et là c’est le drame: mon dossier est classé chez Pôle Emploi cadre parce qu’ils n’ont toujours pas l’attestation employeur. Prendre deux secondes pour faire un mail (automatisé au demeurant) ou pour appeler et dire qu’il manque cette attestation ça coûte quoi? Rien au demeurant, hormis le fait de les faire bosser et faire leur boulot correctement. Bref je suis à payol financièrement, j’ai des factures à payer et je pars à l’autre bout du monde le 5 décembre.

Ils sont censés m’appeler pour me tenir au courant de l’avancement de mon dossier. Sauf qu’ils ne sont manifestement pas pressés de me payer et que s’ils m’appellent alors que je suis en Afrique du Sud ça risque d’être marrant pour leur faire comprendre que j’ai besoin de cet argent.

Je m’étonnerait presque que Pôle Emploi s’étonne quand on s’énerve contre ses agents. Je veux bien que les chômeurs soient nombreux que chaque situation soit différente et qu’apparemment les agents pôle emploi soit en sous effectifs mais est ce une raison pour ne pas faire son boulot un minimum correctement? Je ne pense sincèrement pas.

Bref Pôle Emploi et moi on ne sera jamais potes…