Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #6

Addo Elephant Parc – dernière étape de mon road trip

Addo est un « village » si je puis dire. En fait, c’est plutôt un amas de trois maison et une station essence qui fait aussi office d’épicerie, de banque, de pharmacie… Bref Addo est ce que l’on appelle plus communément un trou perdu. La vraie attraction des alentours est l’Elephant Parc. La route entre le trou perdu qu’est Addo et le parc n’est fait que de guest house et d’auberges de jeunesse….
L’Elephant Parc est en fait une réserve naturelle dédiée à la protection d’une espèce fut menacée jusque dans les années 30: l’éléphant. L’éléphant parc abrite aujourd’hui pres de 450 éléphants, pas loin de 2000 koudous, 400 buffles, 250 zèbres, des rhinocéros, des phacochères, des lions, des léopards, des autruches, des tortues… Les seuls animaux que je n’ai pas vu sont les lions, les léopards et les rhinocéros.
Le jour où j’ai fait le parc, il a fallu un moment avant de pouvoir trouver des éléphants. En fait la veille il avait plu des trombes d’eau et du coup ils se sont planqués dans la nouvelle partie du parc.

Les tortues étaient de sorties

Les zèbres ont décidés de poser

J’ai retrouvé le phaco(mo)chère…

…et sa famille

Une femelle koudou (famille des antilopes)

Un singe posé tranquille en haut de sa branche

Contrairement à ce que l’on pourrait croire cette autruche est un mâle

Ceci sont des femelles autruches
Le buffle qui ose tirer la langue

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #5

Knysna –  Troisième étape de mon road trip

Knysna se trouve à environ une heure trente de voiture Mossel Bay, cela fait partie du plus petit temps que j’ai mis en voiture entre deux villes. C’est une petite ville dans un lagon, qui est comme toute les petites villes voit sa vie quotidienne se située au tour d’une rue principale. On y trouve donc un marché d’artisanat, un mall (ou centre commercial), des restaurants et des bars…
Comme tout le long de mon road trip – hormis à Cap Town – j’ai logée dans une auberge de jeunesse. Elle se trouvait un peu à l’écart de la rue principale, elle avait une jolie vue et on y est très bien accueillis. La Knysna Backapackers est située dans une maison victorienne mais c’est une toute petite maison victorienne. Compter 130 rand la nuit (soit 13€ la nuit) en dortoir. J’avoue c’est spartiate et cheap mais cela dépanne bien et on peut y faire de jolies rencontres comme le 1er soir où j’y étais, j’ai rencontrer Jessica, une fille qui a vécu aux Etats Unis et qui maintenant vis en Afrique du Sud et qui de surcroit parlait très bien francais.
Sur l’étape du retour entre Addo (prochaine chronique) et Knysna, j’ai fait également un stop plage à Wilderness en revenant. Wilderness est une ville possédant un parc naturel et une plage assez sympa puisqu’immense mais qui est assez dangeureuse. Ce qui est assez dommage c’est que la N2, une des nationales les plus importantes de l’Afrique du Sud, coupe la ville en deux.
Bref revenons à Knysna. L’auberge de jeunesse où j’étais étais une maison victorienne, située à 2 minutes à pieds du centre ville. J’ai également eu l’occasion d’aller manger des huitres sur Thesen Island. L’ile est située dans le lagon marécageux qui fait face à la ville.

Petit tour en photos:

La vue de l’auberge de jeunesse

La vue de l’auberge de jeunesse
L’auberge de jeunesse
L’assiette d’huitres et le verre de blanc (à consommer avec modération) avec vue sur le lagon

 Les photos suivantes sont la vue du lagon:

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #4

Mossel Bay – deuxième étape

Mossel Bay n’a franchement rien d’exceptonnel. C’est le genre de grosse station balnèaire, sans charme et qui sert plus de résidence secondaire pour certains Sud Africains ainsi que de lieux de passage pour les gens qui font la Garden Route qu’autre chose. Bref ce n’est pas la ville dont je garderais le meilleur souvenir

Moi cela m’a servi de pause plage durant mon road trip. Il faut dire que j’étais loger dans une auberge de jeunesse à même pas 10 mètre de la plage.

La vue depuis la terasse du resto
La plage de Wilderness

L’auberge de jeunesse à Mossel Bay – Ceci est bien un train mais hors rail

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #3

Hermanus – Première étape de la Garden Road

Hermanus est une ville côtière qui se situe à environ heures de route de Cap Town. Elle est connue pour l’un des lieux, si ce n’est LE lieux, où voir des baleines. J’y restée deux jours et malheureusement je n’en ai vu aucune.

Hormis les baleines qui sont l’attraction de la ville, il se trouve que c’est une très jolie ville, proche de la mer et avec pleins de belles maisons. La ballade le long de la côte est très sympa ainsi que le petit marché situé en centre ville (il y en a à peu près dans toutes les villes et on y trouve aussi bien de l’art sud africain que des fringues…).

Question logement: j’ai logé dans l’auberge de jeunesse « Hermanus Backpackers ». Elle se trouve à 10 minutes à pied du centre ville, j’ai eu la chance d’avoir une des chambres avec vue sur la baie d’Hermanus, les propriétaires de l’auberge sont absolument adorables, le petit déjeuner est compris dans le prix de la chambre. Pour ceux qui cherchent ce genre de logement et non des hôtels je la recommande sans hésitation. Après il existe des hôtels qui m’ont l’air franchement plus explicatives.

Comme dirait l’autre, les photos seront plus explicatives 🙂

 

Vue de la chambre à l’auberge de jeunesse
Je veux bien la même 🙂

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #2

Cap Town et ses alentours

Il se trouve que j’ai atterris à Cap Town et ce n’est absolument pas un hasard. En fait, les parents d’amis d’enfance habite la ville. J’ai donc passé quelques jours avec eux et avec pour point de chute une chambre dans leur maison près du Kirstenboch Botanical Garden. Je suis arrivée là bas le 6 décembre après quelque sheures de voyages.

Commençons par Cap Town et ses alentours, et il y a de quoi faire. Du coup, j’ai eu du mal à faire le tri dans les photos que j’ai pu faire.

  • Le jeudi (jour de mon arrivée, nous sommes allés faire un tout de la ville et je dois dire qu’elle est assez impressionnante, un peu comme une grande ville américaine.
  • Le samedi, nous sommes allés au Christmas Market de l’école Française du Cap, après je suis allée à Green Market avec deux jeunes français qui vivent au Cap. Le soir nous sommes allés dîner chez un couple d’amis des amis qui m’hébergeaient. Ils habitent Outbay et je dois dire que leur maison à une super vue sur la baie.
  • Le dimanche nous sommes allés faire un picnic dans le vignoble de Vergelegen. L’endroit accueille des picnic, des mariages et autres genres d’évènements. J’avoue que j’ai beaucoup aimé cet endroit.

Petit tour en photos

Cap Town vue du Rhodes Memorial
Devant Cap Town au Rhodes Memorial
La fameuse Table Mountain
La Table Moutain couverte de nuages
 
Le vignoble de Vergelegen
Des canfriers
Un endroit hyper sympa pour un picnic
 
Un samedi soir à Outbay
Un samedi soir à Outbay
Un samedi soir à Outbay
 

Chronique d’un road trip en Afrique du Sud #1

Un pays, une histoire, une envie

Un pays: L’Afrique du sud

Un pays que l’on ne présente plus ou presque tant son histoire est riche en évènements dont certains ont été relayés par les médias. L’Afrique ce pays du bout du monde ou presque est connu aussi pour son Cap de Bonne Espérance et ses deux prix nobels de la paix, Nelson Mandela et l’archevêque Desmond Tutu.

Ce pays c’est une histoire de colonnisation, de ségrégation, d’apartheid et encore aujourd’hui d’une cohabitation fragile et parfois explosive entre population blanche et population noire.

Une histoire: celle de l’Afrique du Sud et moi

L’Afrique du Sud et moi c’est un peu comme une histoire d’amour inexplicable… C’est un pays que je ne connaissais pas mais qui me faisais rêver. Et pourtant on ne m’en à pas dit que du bien. On m’a même prise pour une dingue quand je disais que je visiterai ce pays seule.

L’Afrique du Sud est dans quelques villes dangereuse.Il ne vaut mieux pas sortir seule après certaines heures. Par exemple à Cap Town et dans ses environs il n’est pas conseiller de sortir seul(e) le soir, surtout quand on est femme seule. Cela ne m’a pas empêcher de m’amuser et de profiter à fond de ces 15 jours au soleil.

Une envie: celle de découvrir ce pays

J’ai eu l’occasion de revoir des gens que je n’avais pas vu depuis des lustres. De faire de belles et chaleureuses rencontres. De découvrir de magnifiques endroits. Et de faire de magnifiques photos.
J’ai apréhendée de faire ce voayge seule car je partais vers l’inconnu mais au final je reviens de ce voyage heureuse de ce que j’y ai vu, de ces gens que j’ai rencontrer…. Bref c’est un pays où j’ai envie de retourner malgré le fait que bien sur il faut toujours sur ces gardes !

La suite au prochain épisode et en photos…

Pour en savoir un peu plus sur l’Afrique du sud, c’est par ici

Pôle Emploi et moi round #5

La blague du lundi matin qui ne fait pas plaisir et qui te gâche ta semaine.

Il y a un mois je recevais mon dossier Pôle Emploi par courrier parce qu’il manquait une pièce: l’attestation employeur et l’originale tant qu’à faire. Or j’avais renvoyé mon dossier complet avec la soit disant pièce manquante et mon certificat de travail en prime.

Et puis j’avais reçu un mail avec le détail de mes allocations chômages et qui me disait que normalement autour du 20 novembre je devais recevoir ces fameuses allocations. Sauf que Mr Chéri m’avait dit fait attention, ils ne vont te les versées qu’en fin de mois. Why not !

La fin du mois de novembre arrive et la période de 47 jours de carences finie (40 jours de congés payés + les 7 jours de carence de Pôle Emploi), je n’ai toujours rien. Comme c’était le weekend, j’ai attendue ce matin pour les appeler et leur demander où en étais mon dossier d’allocations chômages. Je tombe sur une jeune femme charmante, qui cherche mon dossier et me demande si j’ai bien fournie l’attestation employeur. Bien sur que je l’ai fournie, j’ai même fournit mon certificat de travail.

Et là c’est le drame: mon dossier est classé chez Pôle Emploi cadre parce qu’ils n’ont toujours pas l’attestation employeur. Prendre deux secondes pour faire un mail (automatisé au demeurant) ou pour appeler et dire qu’il manque cette attestation ça coûte quoi? Rien au demeurant, hormis le fait de les faire bosser et faire leur boulot correctement. Bref je suis à payol financièrement, j’ai des factures à payer et je pars à l’autre bout du monde le 5 décembre.

Ils sont censés m’appeler pour me tenir au courant de l’avancement de mon dossier. Sauf qu’ils ne sont manifestement pas pressés de me payer et que s’ils m’appellent alors que je suis en Afrique du Sud ça risque d’être marrant pour leur faire comprendre que j’ai besoin de cet argent.

Je m’étonnerait presque que Pôle Emploi s’étonne quand on s’énerve contre ses agents. Je veux bien que les chômeurs soient nombreux que chaque situation soit différente et qu’apparemment les agents pôle emploi soit en sous effectifs mais est ce une raison pour ne pas faire son boulot un minimum correctement? Je ne pense sincèrement pas.

Bref Pôle Emploi et moi on ne sera jamais potes…

Je fatigue !

La rupture de mon CDI, je l’ai voulu et je l’ai choisie. Nous en avons longuement parler avec Mr.Chéri, fait tous les calculs possible pour que cela ne soit ni une gêne pour lui ni pour moi. J’ai fait le choix de me retrouver au chômage pour plusieurs raisons mais deux essentielles: suivre Mr Chéri à Lyon et pouvoir quitter mon entreprise (chose dont je rêvais depuis un moment et qui s’est accentuée avec le changement de chef).

Sauf que je fatigue de constater que dans notre chère société le chômage c’est mal en tout point de vue. Je m’explique:

  • C’est mal parce que pour les gens, tu vis au crochet des autres. Sauf que pour toucher les ASSEDICS, j’ai cotisé comme tout le monde.
  • C’est mal parce que tu passes pour l’inapte de service qui c’est fait mettre à la porte. Non je suis pas inapte et oui mon entreprise m’a mise à la porte mais de mon plein grès.
  • C’est mal parce que les gens pensent que parce que tu ne travailles pas tu es intéressant(e) et que tu n’as rien à dire. FAUX
  • C’est mal parce que les gens pensent que tu passes tes journées à glander devant la télé.
  • C’est pire quand tu dis que tu pars en vacances et que tu paye quasi rien. En même temps tu fais avec les moyens du bord d’autant plus quand tu es au chômage.
  • Bien souvent les gens pensent que tu es en CDI (ou Congés à Durée Indéterminée).
  • Les gens pensent que tu es asocial(e). Ce qui bien souvent n’est pas le cas.

Je constate également que cela permet de faire pas de tri dans ces ami(e)s parce que du coup comme tu es au chômage tu n’es pas ou plus fréquentable. Genre t’es la peste en personne et par conséquent tu ne vaut plus la peine que l’on se dérange pour toi. Bon je concède que j’avais déjà fait un tri dans mes ami(e)s (ou tout du moins ce que je croyais être des amis et ce tri va continuer).

Je fatigue également de devoir me justifiée sur ma situation, je fatigue des regards de travers et de ces gens qui te prennes de haut quand tu dis que tu es au chômage, je fatigue de ces clichés, je fatigue de ces gens qui bossent et qui pensent que cette situation (voulue ou pas) ne leur arriveras jamais, je fatigue d’avoir à entendre que l’on a que ça à faire de nos journées quand on propose d’aider sur un petit truc, je fatigue de devoir supporter parfois des réflexions à la limite du déplacé.

Bref les gens ce n’est pas parce que l’on est au chômage que l’on à rien à dire ou à faire, que cela nous fait plaisir de toucher des assedics (dans mon cas cela me permet de garder une crtaines indépendance financière), que nous sommes tous affalés dans le canapé devant la télé, que nous ne sortons pas… Il faut comprendre que même si la situation finale reste le fait que nous soyons chômeurs, chaque cas reste différents et chaque personne n’est pas forcément un rebus de la société.

Je reconnais volontiers que sans le soutien dès le départ de Mr Chéri dans ma démarche de me retrouver au chômage pour le suivre à Lyon, je ne l’aurais sûrement pas fait ou alors j’aurais carrément changer de pays pour changer de métier. Je reconnais que j’ai la chance d’avoir un homme qui est une vraie perle rare.

Il est vrai, et ce comme je le disais quelques lignes plus haut, que j’avais envie de changer d’entreprise depuis quelques temps. Mais quand on vous dit très clairement que vous êtes trop spécialisée dans un domaine et que pour bosser dans telle ou telle agence ce sera le service marketing mobile sur Paris alors que vous habitez en province (en l’occurrence à l’époque Marseille dans mon cas) ou alors que vous n’avez pas assez d’expérience dans le domaine, cela ne vous donne pas la motivation et l’envie de changer.

Pour conclure, j’assume totalement mon choix d’être au chômage même si c’est parfois pesant et j’avoue que je commence à caresser le doux rêve de pouvoir retravailler dans une société et d’avoir des collègues. Et il pourrait être bien que certaines personnes changent leur regard sur le chômage et le combat que peut être le retour à l’emploi, surtout quand on sait que quand vous souhaitez bosser dans le monde merveilleux de la communication, la seule chose à faire c’est des candidatures spontanées, faire fonctionner son réseau et point barre (merci la conseillère pôle emploi de ce constat tout à fait pertinent que j’avais déjà fait par moi-même).

Dijon et les alentours dans mon objectif

Ce weekend nous étions en vadrouille du coté de Dijon. Oui la ville de la moutarde mais surtout de bons petits vins… Pour illustrer mes propos le samedi nous avons fait la route des grands crus et cela a donné la chose suivante: Dijon-Beaune, 42 km, 8h de route (il faut une bonne demi heure en voiture pour couvrir la distance), 33 grands crus et quelques bonnes dégustations. On est un peu des grands fou 🙂
Bref voici un petit aperçu de ce petit fort sympahtique:
Petit tour à Gevrey-Chambertin
Les Hospices de Beaune by Night
Visite au Cassissium

Visite de Clos de Vougeot

Dijon le jour
Et merci à la charmante demoiselle qui nous a hébergés et permit ces jolies périgrinations lors de ce weekend.

The Versatile Blogger Award…

Mrs Patatou m’a tagguée dans le cadre de The Versatile Blogger Award

Il faut dire 7 vérités à savoir sur soit et retagguer 15 personnes (bon les 15 bloggueurs/bloggueuses ça reste à voir hein)… Donc voici ces 7 vérités: 

  • Le voyage j’adore ça et ce depuis toute petite. Oui parce que j’ai commencé à voyager j’avais quelques mois…
  • Je suis une grande fan de l’Asie et notamment le Japon (culture, nourriture…. toussa toussa)
  • Je kiferrai partir en Inde, au Brésil, en Australie et en Nouvelle Zélande. J’avais prévenue que le voyage et moi c’est une histoire d’amour.
  • Je suis une bordélique née mais je me soigne en étant avec un rangeur né. Oui en fait il faut que je m’étale, je pose mes affaires partout dans l’appartement et du coup je suis obligée de ranger régulièrement sinon c’est le drame.
  • Obélix est tombé dans le tonneau de potion magique et bien moi je suis tombée dans le tonneau des bonnes choses étant petite…
  • Les plantes et moi c’est une histoire d’amour… Il me faut du vert dans la maison, genre en ce moment j’ai une dizaine à la maison. Et j’assume totalement car j’ai toujours vécu avec des plantes à la maison, une vrai passion de famille.
  • Je fais régulièrement le pitre, genre sur les photos c’est rare que je ne tire pas la langue, je sort régulièrement des conneries… bref l’humour et moi on est potes.
Allez je retaggue des bloggueuses:
  • Crystila – Misses Lambda
  • Mots et Emaux
  • Lalydo
  • Youggie
  • La Morue Blog
  • Chez Pat’
  • Pôdane